Mise à jour le 5 juin 2009


07 avril 2006, tract
tract disponible en pdf

Situation Politique Intérieure



À BAS LES DISCUSSIONS VISANT À PRÉSERVER LE CPE ET LE GOUVERNEMENT !
FRONT UNIQUE POUR EN FINIR AVEC CHIRAC, VILLEPIN ET SARKOZY SANS ATTENDRE 2007 !



28 mars : 3 millions de manifestants exigent le retrait du CPE.
31 mars : Contre cette exigence, Chirac promulgue la loi d'égalité des chances avec le CPE ; il donne ses ordres au gouvernement et à l'Assemblée nationale. Il exige que les députés rediscutent et aménagent le CPE pour le préserver.
4 avril : plus de 3 millions de manifestants exigent le retrait pur et simple du CPE.
6 et 7 avril : les dirigeants des syndicats acceptent la discussion avec l'UMP et Sarkozy.

À BAS LES DISCUSSIONS VISANT À PRÉSERVER LE CPE ET LE GOUVERNEMENT !
FRONT UNIQUE POUR EN FINIR AVEC CHIRAC, VILLEPIN ET SARKOZY SANS ATTENDRE 2007 !


Depuis le 16 janvier, toutes les organisations de jeunesse, tous les syndicats exigent le retrait pur et simple du CPE ; et ils ont d'abord refusé d'en discuter. Le PS et le PCF ont exigé le retrait du CPE. Sur ce plan, l'unité a été réalisée. Mais imposer le retrait du CPE nécessite d'engager le combat pour vaincre et chasser Chirac et son gouvernement, immédiatement. Or ceci, les dirigeants des organisations ouvrières ne le veulent pas car ils ont peur que la mobilisation des masses puisse menacer l'ordre bourgeois.

Aussi, le vendredi 24 mars, les dirigeants des confédérations syndicales ont-ils répondu à l'invitation de Villepin qui voulait discuter de la mise en oeuvre du CPE. Mais face à la résistance qui s'est exprimée contre toute négociation, face à l'ampleur des manifestations du mardi 28 mars, les dirigeants des organisations syndicales n'ont pu participer à la seconde réunion prévue par Villepin le 29 mars.

Ils ont alors contourné la difficulté : avec le PS, le PCF, la LCR, ils se sont adressés à Chirac - ce qui revenait à le légitimer - pour qu'il ne promulgue pas la loi, pour qu'il la renvoie à l'Assemblée Nationale. Chirac avait donc la possibilité de manoeuvrer ; il a saisi la perche qui lui était tendue: il a promulgué la loi et il a chargé l'Assemblée nationale dominée par l'UMP de maquiller le CPE désormais promulgué.

Chirac a ainsi obtenu que les dirigeants des syndicats discutent avec Sarkozy et les députés de l'UMP. Au- delà, Chirac, Sarkozy et Villepin espèrent une grande négociation visant à démanteler tout le code du travail ; ils veulent aussi assujettir les étudiants et les universités au patronat : c'est le sens du «grand débat national sur les liens entre université et emploi» proposé par Chirac dans son allocution ; mais chacun sait désormais que tous ces «grands débats» n'ont comme objectif que d'associer les organisations syndicales à la politique réactionnaire du gouvernement.

Discuter de ces projets, c'est permettre de sauver le CPE, c'est organiser la démobilisation, c'est donc sauver Chirac, Sarkozy et Villepin !

La responsabilité des dirigeants des syndicats était de refuser toute rencontre avec les députés de l'UMP : Assez de soutien à ce gouvernement ! Cessez toute concertation avec l'UMP et Sarkozy !

Dirigeants des syndicats,
- refusez tout nouveau contrat réservé aux jeunes (nouveau «civis» ou autre contrat) :
- exigez le retrait pur et simple du CPE et non son remplacement !
- refusez toute négociation visant à disloquer le Code du travail, refusez que des «négociations» puissent être imposées par la loi aux organisations syndicales ouvrières !


Le
dernier bulletin est sorti !


Pour nous contacter

Pour s'abonner