Mise à jour le 5 mars 2008


02 mars 2008 ,note politique
note politique disponible en pdf

Politique Intérieure



LES VERITABLES ENJEUX DES ÉLECTIONS MUNICIPALES ET CANTONALES :
Infliger une défaite politique à Sarkozy
Préparer les mobilisations contre les «réformes» de Sarkozy


Depuis l'lection de Sarkozy, la jeunesse et les salaris sont soumis une offensive incessante. Tout y passe: autonomie des universits, diminution du nombre des enseignants et fonctionnaires, attaques contre le code du travail, baisse du pouvoir d'achat, nouvelles lois rpressives notamment contre les travailleurs et jeunes sans papiers, attaque contre la Scurit sociale, remise en cause du droit de grve dans les transports et bientt dans les coles, destruction des rgimes spciaux prparant une attaque gnrale contre les retraites, etc…Et Fillon vient de rappeler que les rformes seront amplifies aprs les municipales.

Aussi un grand nombre de jeunes et de travailleurs vont tenter d'utiliser ces lections pour infliger une dfaite Sarkozy et son gouvernement, en votant contre les listes de l'UMP et des partis bourgeois.

Mais face ces listes et candidats bourgeois, quelle est l'alternative?

Pour les lections cantonales (la moiti lecteurs sont concerns), il est assez simple d'adopter une position de principe: sans que cela signifie un quelconque soutien leur politique, il est possible (selon ses prfrences et les possibilits variables selon les cantons) de voter pour les candidats des organisations dumouvement ouvrier: PS et PCF, ou encore LO ou LCR. C'est la concrtisation du vote classe contre classe. Un tel vote, massif, qui infligerait une dfaite Sarkozy, serait ensuite un puissant encouragement la mobilisation.

Mais ce sont les municipales qui sont l'enjeu dcisif. Or, ce niveau, tout est fait pour organiser la confusion et rendre impossible un vote classe contre classe. Presque partout, les listes du PS et du PCF sont panaches avec des candidats reprsentant la bourgeoisie. Et trs rares sont les listes strictement PS-PCF. Ce type d'alliance avec des groupes bourgeois n'est pas nouveau, mais l'ampleur en est cette fois particulire.


Le Modemest un parti bourgeois, le centre n'existe pas.

Dans des villes importantes ( Montpellier, Dijon, Lyon...) les listes constitues par le PS comportent des candidats du Modem de Franois Bayrou, et ceci en nombre important. Or le Modem est un authentique parti bourgeois et non pas, comme le disent les journalistes, un parti du centre, terme qui n'a aucune rigueur et qui ne sert qu' masquer sa vraie nature(Rappelons que Bayrou fut ministre du gouvernement Chirac-Balladur et que sa principale action politique consista vouloir largir le financement des coles prives. Il ne recula que face l'organisation d'une gigantesque manifestation d'un million de personnes le 16 janvier 1994).

Corrlativement, les tracts de telles listes vitent le plus souvent toute rfrence au parti socialiste. La plupart du temps, il ne sera mme pas possible de rayer, au moment du vote, les reprsentants du Modem faute de pouvoir les distinguer de ceux du PS sur les bulletins. Au mme moment une autre partie des amis de Bayrou figure sur les listes organises par l'UMP.

Le PCF, quant lui, critique ces alliances…Mais, dans plusieurs villes (Grenoble, Lyon, Montpellier…) le PCF figure sur des listes en mme temps que le Modem. Et le Conseil national du PCF a refus de dsavouer ces listes qui suscitent les protestations des militants, nombre d'entre eux refusant de voter pour de telles listes.


La recherche d'une alliance avec le modem a conduit la dfaite d'avril- mai 2007

De telles alliances prparent les plus grandes dfaites. Au printemps 2007, l'orientation du Parti socialiste aggrave par sa candidate Royal, les tentatives de cette dernire de s'allier avec Bayrou, ont fait fuir nombre d'lecteurs: Sarkozy fut lu. (Royal a, depuis, avou qu'elle voulait faire de Bayrou son premier ministre et qu'elle ne croyait mme pas au programme du PS). Et aujourd'hui, au sein du PS, ce sont les plus fermes partisans de Royal qui organisent des listes avec le Modem. C'est le cas de Rebsamen Dijon.


Autres alliances avec des partis bourgeois

Mais l'alliance avec le Modem n'est que la pointe avance, la plus spectaculaire, d'une politique gnrale d'alliance et de soutien la bourgeoisie, tant de la part des dirigeants syndicaux (qui ne cessent de ngocier les pires projets gouvernementaux) que de la part de tous dirigeants du PS et du PCF. Ainsi, c'est de longue date que des listes d'alliance du PS et du PCF incluent des partis et groupes bourgeois.Le plus ancien est le PRG (Parti radical de gauche). Puis s'y sont adjoints les Verts, le MDC, etc… Mais qu'est-ce que le PRG? C'est un dbris du parti bourgeois de la III Rpublique, le parti historique de l'imprialisme franais. Vouloir voter classe contre classe interdit de voter pour de telles organisations.


Consquences politiques de ces alliances

Il y a un lien troit entre ces alliances avec des forces bourgeoises, avec le Modem notamment, et l'appui qui est donn la politique mise en œuvre Sarkozy.

l'automne, les travailleurs de la SNCF et de la RATP ont engag le combat. Ce combat a t trahi par les dirigeants des syndicats, mais aussi par les dirigeants du PS et du PCF qui ont galement refus de se prononcer pour la dfense inconditionnelle des rgimes spciaux.

l'automne, les tudiants ont combattu pour obtenir l'abrogation de la loi d'autonomie des universits (la LRU). Ce combat a de mme t trahi par les responsables de l'Unef qui ont refus de soutenir cette revendication et ont ngoci avec Pcresse. Mais ce combat a aussi t trahi par les dirigeants du PS qui avaient, l'Assemble, vot contre cette loi mais ont ensuite refus de soutenir le combat des tudiants. Et, au sein du PS, c'est Royal - la fidle de Bayrou - qui a dclar que cette loi tait une bonne loi.

Chaque jour le confirme: s'allier avec Bayrou, avec des organisations bourgeoises, et soutenir la politique de Sarkozy ne sont que les deux faces d'une mme politique.


L'alliance avec le modem prpare la destruction du PS (et du PCF)

L'alliance avec le Modem est un pas supplmentaire dcisif sur la voie qui conduit la destruction du PS (et du PCF). L'exemple italien (que certains dirigeants du PS prennent comme modle), montre le danger.

En Italie, l'alliance avec le dmocrate-chrtien Prodi (dont le gouvernement vient de tomber) a conduit dans le mme temps la disparition du principal parti issu du mouvement ouvrier italien (les Dmocrates de gauche), par absorption -fusion au sein d'un rassemblement bourgeois (le parti dmocrate). En France, les alliances municipales avec le Modem sont conues par leurs initiateurs comme une tape vers un gouvernement avec le Modem, et si possible vers une unification: ce serait un repoussoir pour nombre d'lecteurs, et la mort du PS.

On ne peut donc banaliser ces alliances comme le font M. G. Buffet et la direction du PCF.


Contre la confusion organise

Nombre de travailleurs, qui ne soutiennent pas la politique du PS ou du PCF ni n'approuvent ces alliances, vont nanmoins voter pour ces listes en donnant leur vote le sens d'un vote contre Sarkozy. Les jeunes et travailleurs sont ainsi pigs: dans la plupart des villes, ils considrent qu'ils ne peuvent chasser les lus bourgeois (ou empcher le retour de maires bourgeois soutenus par Sarkozy et l'UMP) qu'en votant pour des listes conduites par le PS ou le PCF… mais en mme temps figurent sur ces listes nombre de bourgeois.

D'autres vont se tourner vers les candidats de LO ou de la LCR, sans ncessairement soutenir la politique de ces organisations, mais parce que ces organisations, souvent, prsentent des listes sans reprsentants bourgeois: c'est le cas quand ces groupes constituent leur propre liste, ou s'allient entre eux, ou avec le PCF, ou avec un morceau du PS,

Mais ce n'est pas vrai dans tous les cas car, sur le terrain, c'est la plus grande confusion. Souvent, la LCR se prsente au ct d'associations locales dont la nature est extrmement diverse, Dans certains cas, La LCR constitue une liste avec les Verts ( Vienne par exemple) tandis qu'un peu plus loin ( Vnissieux) ces mmes Verts font liste commune avec le Modem…

Quant LO, ce groupe a rpt pendant des annes qu'on ne pouvait voter pour le PS et refusait d'appeler voter PS au deuxime tour des lections quand un candidat du PS restait seul face un candidat bourgeois. Mais aujourd'hui, ses candidats figurent, pour la premire fois et dans nombre de villes, sur des listes aux cts du PS, du PCF …et du trs bourgeois parti Radical (de gauche).

Ces alliances en tout genre, gomtrie variable, avec parfois de vritables organisations bourgeoises constituent un obstacle supplmentaire pour empcher les travailleurs d'exprimer un vote clair, un vote national, qui corresponde leur aspiration: raliser le Front Unique pour infliger une dfaite politique Sarkozy.


Pour un vote classe contre classe

Du fait de cette confusion, chaque parti pourra, l'issue de ces lections, tirer les conclusions qui lui sont favorables, avec l'objectif de masquer la volont des travailleurs et d'effacer l'affrontement classe contre classe qui cherche s'exprimer travers ces lections. Aussi est-il important qu'en dpit de ces difficults, les listes municipales qui sont strictement composes par des partis et organisations ouvrires (PS et PCF, LO et LCR) aient le maximum de voix. De mme est-il important que les candidats de ces partis aux lections cantonales aient le plus grand nombre de voix. Qu'apparaisse ainsi, en dpit des obstacles, un refus des alliances avec les candidats de la bourgeoisie, et un vote en faveur des candidats des organisations et partis ouvriers.

Ceci sera un encouragement au combat direct contre ce gouvernement et sa politique. Et un encouragement pour ceux qui, au sein du PS et du PCF, tentent de rsister aux alliances avec la bourgeoisie, et la politique de liquidation de leur parti.

Infliger une dfaite politique Sarkozy, prparer les combats inluctables venir, contribuer ce que la crise qui se dveloppe au sein du PS et du PCF profite aux travailleurs et non la bourgeoisie, tels sont les enjeux des lections municipales.

C'est donc l chance importante.

                                                                                                             Le 2 mars 2008



Notes: quelques informations complmentaires

Dijon: Dans cette ville, Rebsamen est devenu maire en 2001, avec l'appui du PS du PCF, des Verts, du PRG et du MDC. Cette fois-ci, il se reprsente la tte d'une liste auxquels s'ajoutent six Modem. Il ne cherche mme pas justifier cette alliance par des raisons lectorales (d'autant moins que cette alliance peut lui faire perdre plus de voix qu'elle ne lui en rapportera) mais il donne la vraie raison: l'ex-codirecteur de la campagne de Royal explique que si sa dmarche peut servir d'exemple national, tant mieux. Et si un jour nous pouvions passer un accord de gouvernement avec le Modem, dans la clart, j'y serai favorable.

Quant au responsable du Modem Dijon, il explique avec cynisme que si la ville tait dirige par l'UMP au lieu de l'tre par le PS, il modifierai son alliance: Si j'habitais Bordeaux, peut-tre que je serai avec Jupp.

Lyon: Dans nombre de villes, les listes impulses par le PS prsentent des documents lectoraux d'o a disparu tout sigle politique. Ainsi Lyon. Sur les bulletins de votes comme sur la profession de foi de Grard Colomb, maire sortant et membre du Parti socialiste, on cherchera en vain le sigle du PS ou le nom du Parti socialiste. De mme est- il impossible de distinguer les candidats du PS ou du PCF des candidats du PRG ou du Modem. C'est par la presse rgionale que les militants du PS ont dcouvert la prsence de ces candidats: ils sont invits distribuer les tracts (ils sont d'ailleurs les seuls le faire), mais on ne leur a pas demand leur avis sur la composition de la liste. Rsultat: un grand nombre d'adhrents du PS boycottent consciencieusement la campagne de Grard Collomb.

Conseil national du PCF

Ce conseil qui s'est tenu le 8 fvrier tait consacr la prparation de ces lections municipales et cantonales. Le trs long rapport introductif marginalisa la question du Modem, affirmant que ce parti serait en voie d'clatement, vou devenir tantt un appendice de l'UMP, tantt un alli du Parti socialiste l'instar de PRG ou des Verts. Et ce rapport se conclut sur la question de l'alternative politique Sarkozy pour souligner que en l'tat, la gauche est trs loin de pouvoir y rpondre. Sans formuler aucune proposition ni perspective…

En dpit de ceci, l'essentiel du dbat qui suivit fut ordonn par la question des alliances du PCF avec le Modem. Et l'crasante majorit des intervenants fustigea les listes o le PCF figurait en mme temps que le Modem: Ne banalisons pas ce type de coalition dit l'un; Il faut refuser toute alliance avec le Modem comme Grenoble dit l'autre en prcisant: Il faut refuser l'ventualit de cette mme alliance au second tour Paris car Delano en ferait un exemple de recomposition au niveau national.

L'un s'exclame: Accepter de figurer sur des listes avec le Modem: quelle drive mne la mutation rformiste du Parti!; une autre s'indigne: Je suis consterne d'entendre qu' Grenoble, par exemple, les communistes partent dans une liste avec des candidats du Modem au prtexte d'avoir des lus. C'est une position scandaleuse. Le CN doit se prononcer contre.

Contre ces protestations MG Buffet doit intervenir deux reprises,en justifiant de tels accords au nom du fait que c'est un enjeu central d'avoir plus d'lus: Le Modem n'est pas le centre de ces lections et avec plus d'lus, plus de maires, on aura un peu plus d'air pour travailler l'avenir.

Finalement, en dpit de ces protestations, une nette majorit de la direction du PCF rejette un amendement qui exclut toute participation des listes incluant le Modem (58 contre cet amendement, 9 pour et 13 abstentions).

On doit donc conclure que la direction du PCF participe, avec le PS, la mise en œuvre de listes communes avec le Modem. Tout en dnonant de manire hypocrite, dans sa rsolution finale, les manœuvres d'lus socialistes imaginant leur salut du ct du Modem. Comme dans le PS, c'est un facteur aggravant la crise de ces organisations.

Le
dernier bulletin est sorti !


Pour nous contacter

Pour s'abonner